Subscribe via RSS Feed Suivez-nous sur Google Plus Suivez-nous sur YouTube

La loi de l’attraction testée à l’aquaforme !

30 janvier 2018 1 Comment

piscineLa piscine n’est pas assez grande pour accueillir toutes ces femmes, et quelques hommes, venus faire de l’aquaforme. Étant nombreux, la proximité est obligatoire. Me voilà donc transportée dans une expérience.

Comme on bouge beaucoup dans l’eau (même si les exercices se font sur place), nécessairement avec le mouvement général des vagues, on se déplace un peu à gauche, un peu à droite, et même en arrière ou en avant. Je suis derrière une dame. Je la vois se déplacer sans jamais revenir à son point de départ. Pendant les exercices, je l’observe. À plusieurs reprises, elle recule jusqu’à me frôler. Je ne peux pas reculer pour lui faire de la place, il y a un mur derrière. J’ai aussi deux voisines de chaque côté de moi. Pourtant, la dame devant ne remarque pas que l’étau se resserre autour de moi. Elle va me percuter, c’est sûr. Je fixe son dos. Si elle recule trop, je devrai l’arrêter. Je ne veux pas la blesser si on fait toutes les deux un grand mouvement. Tandis que je retiens mes mouvements, je continue de mettre tout mon focus sur elle, comme si elle devenait un danger pour moi. Et l’inévitable se produit, collision. Elle s’excuse, ne se rendait pas compte. Rien de grave, on en rit.

 

Au cours suivant, j’essaie autre chose. Toujours autant de monde. Je ne m’occupe de personne. Je fais mes exercices dans le plaisir. Je me balade aussi de gauche à droite, j’utilise l’espace disponible et je m’amuse. Un voisin lance une blague. Le rire contamine notre secteur. C’est un cours plaisant où j’ai travaillé à en avoir mal aux muscles.

Ma conclusion : la loi de l’attraction existe partout!

Focus

focusLe cerveau a cette merveilleuse capacité de créer ce que l’on pense. Ma petite expérience rigolote le démontre. Mais avez-vous pensé à tout ce que vous attirez en mettant le focus sur le pire? En consultation et aussi autour de moi, j’entends des gens me raconter comment ils ne sont pas bons dans telle chose, comment ils ne sont pas capables d’autre chose. Ils parlent sans cesse de leurs problèmes et de ce qui va mal.

Et quand je leur demande ce qui va bien, ils me regardent ébahis : « Je n’y ai pas pensé! ».

Où est leur focus?

C’est le même principe qui est à l’oeuvre lorsque nous sommes à bicyclette. Si on fixe le fossé, nécessairement, on va aller le rejoindre. Alors, qu’est-ce qui fait que c’est si difficile de mettre son focus sur ce que l’on désire? Est-ce que la peur d’échouer est plus grande que la peur de réussir? Sommes-nous convaincus que nous avons toutes les ressources à l’intérieur de nous pour atteindre notre objectif? Est-ce notre éducation qui fait en sorte qu’il faille s’accuser, se dévaloriser ou s’attendre au pire? Les téléromans et les nouvelles regorgent de mauvaises nouvelles. Le pire arrive toujours, comme une fatalité. Est-ce que l’on transpose ces messages dans nos vies, comme si c’était la vraie vie? On entend ce qui va mal dans le système de santé, dans nos écoles, sur les routes, à l’épicerie, dans l’économie… Notre cerveau devient conditionné par ce qui va mal.

Choisir ce qu’on attire

On peut changer les choses. Notre cerveau a la faculté de créer de nouveaux chemins neuronaux n’importe quand, à n’importe quel âge. C’est ce qu’on appelle la plasticité du cerveau. Une bonne façon de s’entrainer à attirer ce que l’on désire est d’imaginer un espace (une bulle ou une forme sur le sol) et d’y mettre tout ce qui ne va pas. Imaginez qu’avec un balai, une chaudière, vos mains ou toute autre façon, vous y mettiez tout le négatif : je ne suis pas capable, je n’y arriverai jamais, je suis faite comme ça, ça va toujours mal, je ne m’en sortirai pas, c’est au-dessus de mes forces, je ne mérite pas ça, c’est héréditaire. N’oubliez pas tous les POURQUOI : pourquoi moi, pourquoi ça m’arrive, pourquoi je dois vivre ça, pourquoi j’ai mal, etc.

Tournez-vous, un beau 180o. Créez un nouvel espace. Mettez-y votre couleur préférée, du mouvement, de bonnes odeurs, une musique, une température confortable. Fabriquez-vous un espace où vous avez le goût d’aller. Grand, rayonnant, invitant! Et commencez à créer ce que vous désirez. Formulez en termes positifs : au lieu de « Je ne veux plus être malheureuse », dites « Je veux être heureuse ». Remémorez-vous une expérience de votre vie où vous avez vécu ce que vous désirez. Faites comme si vous viviez à nouveau ce moment, intensément. Puis, entrez dans ce nouvel espace. Remplissez-vous de cette énergie et laissez vos cellules capter ce que vous désirez. Laissez votre cerveau commencer à rendre réel votre rêve.

fantasyFaites cet exercice souvent pour que votre cerveau comprenne bien que c’est ça que vous voulez. Et à partir de maintenant, votre focus sera sur ce que vous avez choisi de vivre. Irrésistiblement, vous serez attirée vers votre désir. Je l’ai testé et ça marche! Et vous, l’essayerez-vous? Vous m’en donnerez des nouvelles!


sylvie DompierreAuteure: Sylvie Dompierre, Consultante en relation d’aide et réflexologue
Pour consulter la fiche professionnelle de Sylvie sur Le RIME, cliquez ici.

– Si vous avez aimé cet article et que vous souhaitez le partager pour « bonheuriser »  la journée de vos contacts, veuillez cliquer sur vos réseaux sociaux préférés ci-dessous.

319  vues au total, 4  aujourd’hui

>>> Merci de partager <<<

Commentaires (1)

Retracer l'URL | Flux RSS des commentaires

  1. Hélène bilodeau dit :

    Bravo Sylvie pour ton article. Je suis tellement d’accord avec toi. La loi de l’attraction.

Laissez un commentaire