Cesser les comparaisons, voir sa réalité en face et augmenter son estime de soi!

Vous êtes-vous déjà demandé quel a été le point tournant ou l’élément déclencheur? Quel est le moment précis où vous avez commencé à vous interroger et à croire que vous manquiez de quelque chose? Quand avez-vous cessé de vous considérer comme invincible et avez-vous commencé à remarquer ce que les autres appelaient des « défauts »?

À l’adolescence, je suis arrivée au secondaire et avec les notes que j’avais, le directeur de la polyvalente a communiqué avec mes parents pour leur proposer de me faire passer des tests pour l’obtention d’une bourse dans un collège privé pour jeunes filles, un établissement réputé, d’élite et de prestige.

J’ai finalement gagné la bourse grâce à mes résultats et je suis entrée au collège à plus d’une heure de transport en commun de chez moi, une décision qui s’est révélée extraordinaire puisqu’elle m’a permis de m’ouvrir à la vie d’une manière plus positive.

 

Dans tous les cours et à tous les jours…

Dans ce collège, nous choisissions une option et j’avais choisi géographie-histoire. Contrairement à ce que je savais de mon école de quartier, à ce collège, les élèves qui avaient choisi cette option se retrouvaient tous ensemble dans tous les cours, obligatoires ou non, et ce, durant toute l’année.  Ce qui faisait en sorte que je côtoierai la trentaine d’étudiantes dans tous les cours et à tous les jours…

Aussi, nous avions tous le même costume, ce qui était rassurant pour moi puisque dans ma famille nous n’avions pas les moyens d’avoir des vêtements neufs. Cependant, de temps à autre lorsque nous avions une sortie ou un événement spécial, il y avait ce qu’on appelait : des journées « couleur ».  Pour ces journées-là, le collège nous autorisait à porter ce qu’on voulait, c’est-à-dire, nos propres vêtements.

À ma première journée « couleur », j’ai rencontré une jeune fille qui était l’incarnation même de tout ce que je voulais être. Intérieurement, je me sentais menacée, intimidée et très insécure chaque fois que nous nous retrouvions dans la même pièce.

 

Tout ce que je voulais…

Elle était intelligente, belle, parlait mieux le français que moi et semblait avoir une famille extraordinaire et une foule d’amis. Je souhaitais avoir sa peau olive, ses longs cheveux noirs, ses belles dents blanches et alignées, sans parler de sa fabuleuse garde-robe dernier cri.

Cependant, j’ai aussi rapidement appris combien nous avions de choses en commun, y compris un désir insurmontable d’être reconnu pour nos réalisations. Nos similitudes nous ont immédiatement repoussé l’une contre l’autre comme les pôles similaires d’un aimant.

Je voulais tellement être elle, qu’elle est devenue le miroir par lequel je me suis jugée pendant les mois suivants. Malgré nos similitudes apparentes, elle avait toujours l’avantage, du moins, c’est ce que je croyais.

En réalité, sa vie n’était pas aussi parfaite que je l’avais imaginé. Après tout, la seule raison pour laquelle nous nous étions rencontrés était parce que nous étions tous les deux des adolescentes en manque de reconnaissance, mais j’ai choisi d’ignorer ce fait.

Néanmoins, je croyais que la raison pour laquelle elle ne m’aimait pas était parce qu’elle pensait qu’elle était meilleure que moi, confirmant les croyances que j’avais sur moi-même. Celles que j’étais laide, pauvre et stupide, et c’est pourquoi les gens gravitaient autour d’elle et pas de moi.

Trois mois plus tard, au dernier jour avant les congés des Fêtes, notre professeur d’histoire avait préparé une cérémonie de Noël avec les étudiants.

 

La révélation!

Elle a dit sans hésitation: « J’ai été vraiment intimidée par toi quand je suis arrivée ici. Tu es si intelligente d’avoir gagné cette bourse et forte de t’être rendue jusqu’ici… parce que j’ai entendu parler du quartier pauvre dont tu viens. Je ne crois pas que j’aurais pu accomplir ce que tu as fait! »

En fait, j’avais créé tout ce scénario où elle ne me parlait pas parce qu’elle pensait que j’étais stupide, pauvre et laide. Cela n’avait rien à voir avec la réalité et tout à voir avec mes propres croyances sur moi-même et la façon dont les autres me percevaient.

Les mots ne rendront jamais justice sur ce que j’ai ressenti à ce moment-là. J’ai été véritablement touchée dans mon cœur par son aveu qu’elle s’était aussi, à un moment donné, comparée à moi! C‘était il y a 40 ans de cela et je peux encore ressentir cette sensation au cœur.

J’ai appris que lorsque nous nous comparons, nous ne le faisons pas de façon juste et équitable. J’ai comparé mes pires moments aux meilleurs moments des autres, ce qui me laissait sous l’impression de n’avoir aucune valeur et je me retrouvais avec le sentiment de n’être rien puisque je ne pouvais réaliser mes attentes, souvent irréalistes.

Alors qu’il m’a fallu plusieurs années pour apprendre que j’avais construit ma confiance dans le paraître, ce fut un beau moment où l’être a cliqué. Maintenant, je peux voir les monstres que j’ai créés dans l’ombre et m’empêcher d’en créer plus.

En appliquant les idées suivantes à mes expériences quotidiennes, j’ai non seulement renforcé ma propre estime de soi, mais j’ai gagné un plus grand respect et une meilleure compréhension pour les autres qui essaient également de trouver leur chemin dans ce monde.

 

  1. Réalisez que les comparaisons nous laissent rarement, voire jamais, se sentir mieux dans notre peau.

Je sais que je suis en train de comparer lorsque mon estomac commence à se retourner, ou que je vis de l’envie envers cette personne, ou que mon esprit ressasse des pensées limitantes ou des souvenirs négatifs. C’est mon signal pour changer quelque chose à propos de la situation dans laquelle je me trouve.

Cela peut signifier réciter quelques affirmations, voir des vidéos inspirantes, appeler un ami et lui demander ce qu’il y a beau chez soi ou reformuler nos pensées pour transformer son dialogue intérieur en positif. Cela peut également signifier que je dois prendre une pause, me retirer de la situation dans laquelle je me trouve et me recentrer.

 

  1. Utilisez les différences comme une occasion d’apprendre et de grandir plutôt que comme une occasion de vous attaquer à ce que vous croyez être des faiblesses ou des échecs.

J’avais l’habitude de voir les succès des autres comme intimidants et de les laisser nuire à ma propre estime de soi. À titre d’expérience, j’ai essayé de regarder les réalisations des autres comme une preuve que je pouvais aussi réaliser mes propres rêves, et tout ce que j’avais à faire était d’y croire, de poser constamment des actions et d’être bienveillant avec moi-même sur la route de tous ces apprentissages.

 

  1. Si vous commencez à vous comparer, posez-vous les questions suivantes:

  • Ai-je toutes les informations? Vraiment?
  • Suis-je en train de juger de façon juste et équitable ou d’utiliser le succès de quelqu’un pour me faire sentir comme un échec?
  • La comparaison me fera-t-elle me sentir mieux ou pire? Et SVP, soyez honnête!

 

  1. Cultivez la compassion envers vous-même et envers les autres… je vous assure que ça change tout.

Vous réprimander vous-même ou les autres ne produira pas de changement à moyen ou à long terme. Lorsque vous adoptez une attitude compatissante, vous vous donnez la chance de vous accepter tel que vous êtes et cela vous permet de créer un changement positif. Le changement qui vient d’un lieu d’amour de soi est plus durable que le changement qui vient d’un lieu de haine.

 

  1. Ne tombez pas dans le piège et ne laissez pas la confiance de quelqu’un diminuer la vôtre.

Ne laissez pas la confiance d’une autre personne, en tout cas, pas celle que vous semblez voir, diminuer la vôtre. La confiance dans le monde est illimitée. Nous pouvons tous nous sentir bien avec qui nous sommes et ce que nous choisissons d’accomplir.

 

En conclusion…

Avez-vous remarqué que lorsque nous nous comparons, nous prenons presque toujours un moment non reluisant de nos sombres coulisses (c’est-à-dire : au début ou dans le cours d’un apprentissage ou d’une transformation) et nous le comparons avec un moment fort de l’autre sous les feux de la scène (après des années de pratique, d’expérience).

Rappelez-vous que tout le monde, vous, moi et nos inspirations quelles qu’elles soient au tous été débutants au départ!

 

 

 

 

Céline Legault | Cesser les comparaisons, voir sa réalité en face et augmenter son estime de soi!

Commentaires

Aucun commentaire

Écrire un commentaire