Vivre sans attentes…

On voudrait tous vivre notre vie sans avoir d’attentes.  Apprécier chaque chose qui se manifeste dans notre vie comme si c’était un cadeau.

La réalité, c’est que la majorité du temps, on vit dans l’attente et on se retrouve souvent déçu.

On se fait des attentes, sous forme de scénarios, avec nos conjoints, nos patrons, nos enfants, nos collègues.  On espère qu’ils vont combler un besoin non nommé et comme ils ne remplissent pas, la majorité du temps, ce besoin, cela nous fait souffrir.

Une attente peut être banale, comme celle d’espérer recevoir la grande demande ou une promotion ….qui n’arrive jamais!

Le fait est que la majorité de ces attentes auraient pu être comblées si…

Si on avait nommé notre désir ou nos besoins.

Aussi simple que de dire à chéri mari : « ce soir cela me soulagerait si tu voulais nous emmener au resto, j’ai eu une grosse journée et cela me ferait du bien. »

Ces attentes non comblées et non nommées peuvent venir à bout d’une relation à la longue. Les mauvaises perceptions viennent troubler nos sentiments.

La vie va vite.

La majorité du temps, on pense que les autres pensent…mais, en fait, non!

Nous aussi, il nous arrive de décevoir quelqu’un car cette personne s’attendait à quelque chose de notre part.

Chose que l’on ignorait car l’autre ne nous avait pas mis au courant.

Peut-être que de le dire enlève un peu de magie ou du temps, mais le niveau d’insatisfaction, lui, est vraiment à la baisse.

tristesse

La meilleure façon de ne pas être déçu de nos attentes est de NOMMER nos attentes.

L’autre en étant au courant peut, ou non, selon nos attentes, répondre à notre besoin.

Parce que, oui, il y a cette possibilité que l’autre ne puisse pas nous combler.

De la même façon que nous, non plus, ne pouvons rendre tous les gens qui ont des attentes envers nous satisfait.

La communication reste et restera le meilleur moyen de vivre une coche de plus vers notre bonheur!

C’est cela aussi prendre notre bonheur en main!

Martine Wilky | Vivre sans attentes…

Commentaires

Aucun commentaire

Écrire un commentaire