Te laisser partir? Mais pour aller où?

Aujourd’hui, je pense à une phrase de Kim Miller :

« Nous ne devons pas avoir peur de nous confronter, du chaos naissent les étoiles ».

Cette phrase prend tout un autre sens maintenant. Dans ce torrent qui m’habite, ton absence me donne une impression de vide immense, tu sais! La réhabilitation est pénible, je me sens amputée de toi.

On me dit même que je dois te laisser partir… mais pour aller où? Tu me sembles déjà si loin. Lâcher ce fil de souffrance me fait peur, car j’ai peur d’oublier… ta voix, ton sourire, ton rire, tes expressions. J’ai peur de ne plus savoir ce que tu répondrais à mes questions, de ne plus me rappeler ton odeur, ton humour, nos souvenirs… Le vide que tu as laissé est aussi grand que l’amour que j’ai pour toi et tu n’imagines pas à quel point cet espace sonne echo dans son immensité. 

Je t’entends me chuchoter à l’oreille : « Aller, reprends-toi, laisse-moi partir, continu d’avancer, vit pour moi, croque dans la vie, je suis toujours là.»
J’ai l’impression de te retenir dans ton voyage, je me sens un peu égoïste, mais voilà, je me dois de respecter mon rythme, j’espère que tu comprendras! Tu es parti si vite, trop vite, pour tout l’amour que j’ai à te donner.

Je sais que tu m’entends, alors laisse-moi te faire une demande.
J’aimerais que tu m’aides à transformer mon vide en jardin intérieur, tu as tant semé de chose en moi, si je les cultive, avec tout mon amour comme engrais, cela portera tes fruits. Je sais que tu as laissé en moi un cadeau caché et je souhaite que, l’hiver passé, je pourrai les découvrir. T’inquiètes, je vais entretenir cet espace comme la prunelle de mes yeux. 

Pour ce projet, j’ai besoin de toi, tu dois avoir le temps maintenant! 

Ajoute ta couleur à travers mes paysages, dépose-toi dans le vert des arbres et dans les flocons de l’hiver.

Existe à travers le soleil, guide-moi dans ma croisade intérieure, dessine ma route, sois ma direction.

Attire-moi vers le bonheur, augmente mon envie de plaisir, nourris-toi de mes rires.

Aide-moi à garder mon cœur ouvert, déserre l’étau de souffrance, aide-moi à laisser passer ta lumière.

Atténue mes peurs, faufile-toi dans mes moments plus sombres.

Aide-moi à cultiver tout cet amour que j’ai pour toi. 

Rappelle-moi que tu es là, brilles comme une étoile dans mon chaos. 

Ce jardin, je ne l’avais pas choisi, mais comme rien n’est parfait, il deviendra notre projet commun, fais-moi confiance, je te ferai honneur et je te promets, que de tous les vides que j’ai pu ressentir dans ma vie, ce vide, notre jardin, saura avec le temps, fleurir, grandir et envahir de ton parfum. 

Je t’aime.

Karine Leclerc | Te laisser partir? Mais pour aller où?

Commentaires

2 Commentaires
  • Nancy
    Publié à 04:52h, 04 octobre Répondre

    ❣️. 🦋

  • Monique Morrison
    Publié à 09:47h, 08 octobre Répondre

    Merci pour ce beau texte moi aussi je vais me faire mon jardin de souvenirs très bonne idée

Écrire un commentaire