Une crise pour un monde meilleur

 

Chers amis(es),

De plus en plus de gens ressentent que ce que nous vivons en ce moment, cache un dessein beaucoup plus profond qu’un virus qui circule. Alors prenons de l’altitude, comme ce condor qui vole au dessus de la turbulence des humains, pour voir vraiment les enjeux de ce qui se joue actuellement.

Nous voulons, en temps qu’âmes en incarnation en ce début du 3e millénaire , amener un nouvel état de conscience sur cette planète plus axé sur les valeurs du cœur, la fraternité, la collaboration, l’entraide, le partage et pour ce faire, les vieilles structures doivent laisser la place aux nouvelles. Malheureusement, les gens et les sociétés changent à coup de souffrance et quand ça touche leur vécu quotidien.

Nous y sommes donc, en plein dans une crise qui touche le quotidien, les gens eux-mêmes. Il y de la souffrance, des départs vers l’au-delà, mais déjà nous pouvons entrevoir à l’œuvre les valeurs mêmes que nous voulons pour notre humanité. De beaux élans de solidarité naissent, la créativité se déploie et la Mère Terre a un repos temporaire bien mérité!

Cette crise que l’humanité traverse apportera beaucoup de changement, et ce à différents niveaux.  Beaucoup de possibilité d’ouverture et de changement pour le mieux au bout du compte!

Au niveau des individus, ce repli forcé sur soi, la mise en isolement à la maison, en famille favorisera pour plusieurs plus d’introspection qu’à l’ordinaire et une réelle ouverture de conscience sur les vraies valeurs de la vie. Il y aura du temps pour soi, ce que beaucoup ont vraiment besoin! Du temps pour réaliser dans chacune de nos vies ce qui est réellement important et ce qui l’est moins.

Cette période d’isolement demandera à tous de lâcher prise sur ses activités habituelles, son petit confort, ses habitudes, ainsi que des projets, des voyages qui ne pourront être faits. Et lâcher prise est un des grands apprentissages que nous ayons à faire sur le chemin de l’évolution, lâcher prise et faire confiance au mouvement de la Vie.

Et tous seront confrontés avec le réel Maître de sa vie, que la personne en soit consciente ou pas, le réalise ou pas : à qui je donne mon pouvoir?  À mes peurs, à l’argent? Ou à mon cœur, à ma partie divine qui me souffle à l’oreille:

« Confiance, lâche prise, profite de ce temps pour revoir tes motivations, où tu mets tes priorités, et prend soin de toi et des autres autour de toi. »

Au niveau des familles, des communautés, des élans de solidarité naissent. Les gens prennent plus conscience des besoins d’autrui puisque eux-mêmes en souffrent. En comprenant ce que veut dire le manque de liberté ou de ressources, nous réalisons combien nous sommes privilégiés d’être nés ici au Québec au lieu d’être nés dans certains autres pays.

Au niveau des entreprises, elles sont déjà amenées à réévaluer leur façon de faire, comme plus de travail qui peut se faire à la maison, ce qui amène une meilleure conciliation travail-famille. Elles reverront aussi l’origine de leur approvisionnement : acheter des vis en Chine pour un moteur fabriqué au Québec peut à tout moment poser problème!  Et donc cela va permettre de revenir à une économie basée plus sur les ressources locales.

La mondialisation à eu un effet pervers : les gros ont mangé les petits! Et nous en sommes arrivés avec des multinationales contrôlées par un très petit nombre d’individus qui font du profit sur tous les gens sous eux, des numéros pour beaucoup de ceux qui les dirigent. Le boulanger du coin, l’artisan qui m’offrait ses créations, la couturière qui réparait mes vêtements, ont du céder leur place aux IKEA, Amazon et autres! Nous sommes devenus esclaves de ces immenses compagnies qui gèrent le monde à travers la Bourse. Et, aberration extrême : les riches font des $ en spéculant sur l’argent et les ressources! Tout est basé sur le plus gros profit possible!

Bon, je crois que vous comprenez. Je m’emballe un peu parce que tout ça doit changer! Et pour que ça change, les structures doivent trembler. On y est, ou on commence à y être.

 

Alors je me réjouis de ce qui se passe!

Oui, il y aura des gens malades, il y aura des départs vers l’autre côté des choses. Mais si comme moi, vous avez la conviction que nous sommes des âmes en expérimentation sur la merveilleuse Gaïa, le mort du corps physique n’est pas la mort!  Ce n’est qu’un passage vers une autre vie. Le choix que ces âmes ont fait de partir maintenant est un beau cadeau de conscience pour ceux qui restent. Ces âmes contribuent ainsi à ce changement en cours.

Bien sûr, je compatis avec la souffrance qui est vécue. Mais pour avoir traversé bien des turbulences pour ouvrir ma conscience et mon cœur, je comprends que pour un temps encore, la souffrance soit le moteur de l’éveil.

Alors mon regard prend de l’altitude et je vois que cette crise est prémisse de changements positifs pour l’humanité. Et donc, par ce que j’émane à partir de ma vision et ma conviction,  je n’ajoute pas à la peur collective, au contraire!

 

Je pose un regard d’amour pour cette humanité souffrante, et comprends que tout ceci est nécessaire. Je choisis de nourrir la vision d’une humanité meilleure, d’un monde meilleur où y vivre et ce, pour tous!

 Je garde mon flambeau allumé!

 Lumière de Vie* à chacun et chacune de vous!

 Sarâ Julia

 * La Lumière de Vie réconcilie la Lumière et l’ombre dans une vision unifiée. Cette vision comprend que l’ombre est un moteur d’évolution et que si la Vie n’était que lumière, tout serait statique. Cela me permet de ne pas être dans les jugements, tout est expérimentation. N’apprenons nous pas le chaud en connaissant le froid?

Sarâ Julia Rodrigue | Une crise pour un monde meilleur

Commentaires

3 Commentaires
  • Francine
    Publié à 07:52h, 22 avril Répondre

    Tout à fait d’accord avec vous. Merci pour ce beau texte.

  • Brigitte Landry
    Publié à 10:18h, 22 avril Répondre

    Bonjour,
    Ce genre de texte met des mots pour confirmer là où je me situe également. C’est bon à lire, je me sens unie.

    Merci de créer cette proximité sociale par les mots.

    Brigitte

  • Jasmine Leduc
    Publié à 16:52h, 22 avril Répondre

    Je suis heureuse de lire que je ne suis pas la seule à voir ce virus comme étant le moteur pour un changement de conscience planétaire. Il était grand temps que quelque chose arrive. En même temps, je pense qu’il y a beaucoup de douceurs à travers ça. Rien de dramatique ! On a tous encore un toit, de l’eau, de la nourriture, entourés des gens qu’on aime. Faut simplement arrêter de courir après sa queue ! Prendre un temps de pause tellement mérité et de réfléchir à ce qui est souffrant en nous et autour de nous. Être conscients ! Merci covid-19 ! T’es pas si méchant que ça ! Ça pourrait être bien plus dramatique ! Tous ceux qui étouffent partiront…les autres resteront pour tenter de devenir meilleurs et respectueux de notre terre 🌍 mère. C’est mon souhait ! Namasté
    Jasmine.

Écrire un commentaire