Je suis maître de mes émotions et mes pensées créent

Je me suis levée un matin, il y a quelques années, en me disant que je n’allais avoir que des pensées positives et constructives car, ces derniers temps, je commençais à devenir un peu trop négative et déprimée à mon goût.

Comme j’avais une bonne heure de route à faire, j’ai profité de ce temps avec mon moi-même pour me répéter des phrases positives, comme quoi je veux être heureuse, en santé, riche, en paix, joyeuse, etc. car je sais que c’est mon esprit qui crée toutes mes pensées et que je suis responsable de ce que je me fais vivre.

Il est donc de ma responsabilité de penser positivement
(et d’y croire profondément, surtout)
pour créer positivement.

Je chantais quasiment dans l’auto ces phrases motivantes pour qu’elles s’impriment dans mon esprit afin de remplacer les vieilles rengaines négatives comprises, apprises et imprimées dans ma jeune vie difficile.

J’étais tellement concentrée sur ma route tout en « méditant » et en récitant ces affirmations avec coeur et vigueur pour créer cette nouvelle version d’une vie plus heureuse que je veux, que je n’ai pas regardé dans mes rétroviseurs pendant quelques minutes.

J’étais sur la ligne de gauche d’une autoroute à trois pistes, à dépasser la plupart des autos, à environ 115 km/h. La limite est à 100 km/h au Québec et les amendes commencent à environ 118 km/h. Normalement, je n’aurais pas dû être arrêtée.

Quand j’ai émergé de cet espace « méditatif-actif », j’ai alors regardé mon rétroviseur. Une auto de police me suivait. Le temps que je réalise qu’elle me suivait très clairement, mon coeur a fait un bond et mes tripes se sont figées. Je déteste me faire prendre en faute et je sentais que ma vie allait probablement basculer dans un espace que je n’aime pas du tout si je ne faisais rien !

J’avais le choix entre tomber dans la culpabilité (et attirer une suite désagréable) ou considérer et croire fermement que je n’étais coupable de rien… et ne rien attirer de désagréable.

J’ai alors pris quelques bonnes respirations pour calmer mes organes afin de lâcher mes peurs et ma culpabilité (créées par réflexes mais gérables par ma volonté car je suis le maître de mes émotions !).

J’ai décidé de ne pas me sentir coupable de quoi que ce soit, de ne pas avoir peur des policiers et de ce qu’ils pourraient me faire (sentir coupable et me donner une amende) et ai continué à respirer calmement.

J’ai alors eu la grande surprise de voir la voiture de police ralentir doucement avant de se tasser sur la bas-côté de la route pour s’installer dans un endroit où elle pourrait attraper d’autres automobilistes qui roulaient trop vite…

La pensée crée, vous en doutiez ?!

Vous est-il déjà arrivé de savoir que vous n’êtes pas en faute (ou presque pas, comme moi avec la limite de vitesse) mais de créer quand même une situation qui vous y amène parce que vous laissez la culpabilité et les peurs vous envahir plutôt que de croire en vous ?

 

PS 1 : Merci de laisser vos commentaires ci-dessous afin qu’ils restent avec l’article et non dans Facebook ou ailleurs.

PS 2 : Pour me suivre dans mes réflexions & voyages et recevoir des pensées inspirantes tous les jours, cliquez sur J’AIME ma page Facebook et n’oubliez pas de vous y abonner pour recevoir les notifications de publications.

De tout coeur

© Dominique Jeanneret
Thérapeute psychocorporelle et énergétique, accompagnante psycho-spirituelle

© Reproduction interdite – texte et photos – sous n’importe quelle forme, en tout ou partie, sans mon autorisation.

Dominique Jeanneret | Je suis maître de mes émotions et mes pensées créent

Commentaires

Aucun commentaire

Écrire un commentaire