LE SILENCE, et si on en parlait?

C’est quoi au juste le silence ?  Je vous invite à prendre un moment pour y penser.  Le vrai silence existe-t-il vraiment ?  Il est pratiquement éliminé de notre environnement pour ne pas dire exorcisé!  Partout, règne en maître; musique, radio, télé qui tournent en boucle dans les boutiques, les lieux publics et même dans les salles d’attente des médecins, dentistes, psychologues, etc…

Le silence est-il en voie d’extinction ?  Pourquoi le silence est presque devenu un mot « étrange » et même souvent un « gros » mot ?

Est-ce que le silence fait peur ?  On le considère non seulement comme inutile, mais aussi comme une sorte de néant, un « vide » oppressant, à éliminer coûte que coûte. Ce vide nous fait peur, car il nous laisse face à nous-mêmes et à la vie que nous menons ? Ne sommes-nous pas en train de mettre le silence aux oubliettes, de l’empêcher d’exister parce que cette réflexion sur nous-mêmes nous fait peur ?

Et si je vous parle du silence « intérieur » est-ce que ça vous dit quelque chose ?  Existe-t-il vraiment?  Le vrai silence n’est pas un mutisme, mais ouverture.  Il est vrai qu’il y a des silences nocifs qui sont à éviter, car il nous coupe de notre entourage en montant des murs de béton autour de nous.   Le mutisme est rempli d’amertume, de rancœurs, de paroles intérieures agressives qui font beaucoup de bruit au-dedans. Ce silence-là est destructeur et à éviter à tout prix si nous ne voulons pas démolir nos proches, mais également nous détruire nous-mêmes ou dedans.

Personnellement, j’adore le silence et je suis à même de constater qu’il est difficile à obtenir dans sa vraie définition, et ce, conjugué au quotidien!  Pourtant ce grand oublié est un allié précieux pour nous aider à faire une introspection en nous-mêmes pour grandir dans notre écoute intérieure et l’attention aux autres.

Apprivoiser le silence pour grandir en humanité !  Se taire… pour mieux écouter l’autre.  Le silence me permet de mieux écouter.  Or l’écoute est toute cette partie de l’échange qui consiste à se décentrer, sortir de soi pour se centrer sur l’autre et de le laisser exister !  Accepter de laisser parler l’autre, et donc se taire soi-même, renoncer à envahir l’espace, à se justifier, à expliquer, à convaincre ou à répondre.

Dans le silence, nos vrais désirs peuvent jaillir !  Le silence permet de nous construire ou reconstruire. Si nous réfléchissons en toute honnêteté, reconnaissons que nous avons « besoin » de silence pour penser, réfléchir, nous retrouver en nous-mêmes; pour savoir quels sont nos vrais désirs, ce que nous souhaitons au plus profond de nous.

Nous prenons souvent des minutes de silence pour Pierre, Jean et Jacques… Alors, pourquoi ne pas prendre ses minutes de silence pour nous ?  Histoire de les apprivoiser, les intégrer à notre quotidien et surtout d’explorer son immense potentiel.  Nous avons également besoin de silence pour admirer, contempler et laisser entrer en soi la beauté devant laquelle nous nous trouvons.

En conclusion, ne rien dire est, paradoxalement, une forme de communication, peut-être la plus évoluée, avec soi-même, avec ce qui nous environne, avec l’Autre… Le silence nous donne la chance immense d’être en communion !

Osons prendre le risque du silence dans notre vie, nous souvenant de cette phrase d’un Père du désert : « Une eau boueuse ne peut pas être clarifiée si elle ne cesse d’être agitée. »


André Cloutier

Publicité Publicité
Publicité
André Cloutier | LE SILENCE, et si on en parlait?

Commentaires

Aucun commentaire

Écrire un commentaire

Publicité