L’espoir fait vivre, dit-on. Autant, il peut nous conduire au bonheur, autant il peut nous leurrer vers la tristesse.

Que l’on souhaite voir revenir notre douce moitié qui ne se reconnait plus dans son entier ou patienter de voir l’arrivée de la cigogne, on navigue dans ce mot : ESPOIR.

J’ai souvent eu espoir de voir ma vie être autre chose qu’un tourbillon négatif. Vouloir faire en sorte que je me lève le matin avec, au moins, une once de soleil dans mon coeur.

Voir juste un peu le beau dans mes journées, au lieu du sempiternel négatif si profondément imprégné dans mon réticulé activateur.

La réalité, c’est que je souhaitais bien focuser sur le positif mais il ne se pointait jamais le bout du nez dans ma réalité.

Les histoires à l’eau de rose « concentre-toi sur le positif, tu vas recevoir du positif » …je te le dis, ça ne fonctionne pas…je le sais , j’ai tellement essayé.

En plus, s’il faut que je sois obligée de côtoyer toujours des gens qui vont bien…c’est l’apocalypse dans ma tête.

 

Parce que cela démontre juste une chose: c’est moi, le problème!

Et moi, les problèmes, j’en ai déjà assez , s’il faut que j’aie, en plus, à m’occuper d’un autre problème, le verre va déborder.

Tu as déjà pensé comme ça?

Si oui, alors, tu dois être de la même race que moi, une négative.

Je suis heureuse de dire qu’aujourd’hui, je suis une négative en rémission.

 

Pourquoi en rémission?

Car, c’est un travail de tous les jours.

Il n’y a pas un matin où je me suis levée et où je me suis mise à chanter car le bonheur m’attendait dans mes pantoufles.

Quand je dis que c’est un travail, si je suis honnête, ce n’est pas plus difficile que cela a déjà été.

Je me bonifie avec les années mais mes cellules, elles, savent que le soleil intérieur est contre nature.

Mais ce n’est pas parce que je suis conditionnée karmiquement à la vie grise que je vais m’empêcher de rayonner.

Sans pilule sourire, sans faux rire, juste pour ne pas inquiéter ceux qui m’aiment.

C’est pour moi ce sourire, ce soleil intérieur que je viens installer chaque matin dans le tout- inclus permanent que j’offre à mon corps, mon âme et mon esprit.

Je ne crois pas avoir la recette ultime. Au fond, je ne suis pas certaine que cette recette parfaite existe. Chaque humain peut se concocter sa meilleure recette.

J’ai cette philosophie qu’à l’intérieur de nous, il y a un gradateur de lumière intérieure, oui, oui, comme pour graduer la lumière de nos maisons. En tout cas, c’est comme ça que je la visualise!

Donc, ma mission est de faire rayonner cette lumière intérieure en moi très fort, peu importe…

Peu importe ce que la vie met sur ma route.

Je ne peux pas faire rayonner ta lumière intérieure à toi.

 

Je peux, par contre, te partager ce que je fais et ce qui me permet, à moi, d’allumer la mienne. Peut-être cela te guidera-t-il?

  1. Je médite ( oui, oui, encore une fois la méditation). Je varie avec la cohérence cardiaque lors de mes moments plus stressants.
  2. J’écris. J’écris tout ce qui se passe dans mon moi intérieur. Mes joies , mes peines, ma gratitude, mes défis, mes missions, même ma « to do list » !
  3. Je bouge! Yoga, marche, étirement, tout ce qui permet à mon corps de s’éveiller et, ainsi, faire éveiller mes sens et mon esprit. Te dire comme cette partie est un combat constant! Mais je sais que mes journées et moi méritons que je me mette en action.
  4. Je lis. Je ne m’impose pas de temps pour lire un livre mais, chaque jour, je me donne comme objectif de lire dix pages. C’est surtout de la lecture sur le développement personnel que je lis mais, quand je me sens saturée, je penche vers un bon vieux roman romantique ou un thriller policier, sans aucune culpabilité.
  5. Je note mes gratitudes du jour (au moins, cinq par jour)

Ces petites actions que je pose chaque jour, me permettent de garder bien rayonnante cette lumière qui m’habite, qui nous habite tous.

J’espère que ces petits trucs qui m’aident t’apporteront aussi du bien-être et, si c’est le cas , n’hésite pas à venir m’écrire sous ce texte et à me partager tes astuces pour rayonner!

 

Photo de Lukas sur Pexels

Martine Wilky | L’espoir

Commentaires

Aucun commentaire

Écrire un commentaire