L’intuition, notre sixième sens

Certains sont réceptifs et développent ce sixième sens, tandis que d’autres font comme s’il n’existait pas. Moi, depuis que je suis toute petite, je sais qu’il est présent et qu’il fonctionne même quand je ne lui porte pas une attention particulière. Un peu comme ma respiration se fait d’elle-même pour ma survie, mon intuition se déclenche d’elle-même, elle aussi, pour ma survie.

Difficile à expliquer, certes.

Je ne vois pas le vent, je le sens. Je ne vois pas mon intuition, je la ressens.

Pour ceux qui ne le savent pas, je suis une mordue des neurosciences et eux ont trouvé une façon logique d’expliquer la prise de décision de façon intuitive. La neurologue Regine Zekri Hurstel explique qu’il s’agit pour une bonne part des informations sensorielles captées par notre cerveau, mais qui ne parviennent pas à notre conscience. Notre cerveau arrive directement aux conclusions et nous fait prendre des décisions sans que nous ayons conscience des perceptions subliminales qui nous y ont conduits. » La neurologue ajoute que notre intuition « est connectée à notre banque de données sensorielles, toujours en mouvement, et s’adapte en permanence pour percevoir le moindre changement. Les plus intuitifs sont donc ceux qui ont le mieux développé leurs qualités sensorielles. L’émotion vient des sens, elle est essentielle dans la capacité intuitive. »

L’intuition fait fi du raisonnement. Cela dit le raisonnement est aussi essentiel et comme dans toutes choses, je crois sincèrement que tout est une question d’équilibre.

Je suis convaincue que vous avez tous vécu des situations semblables dans vos vies. Des moments où votre pressentiment était si fort que vous ne pouviez l’omettre.

Peut-on développer notre intuition ?

Selon Vanessa Mielczareck, coach spécialisée en intuition, cette faculté « nous fait gagner du temps, nous rapproche de nos véritables aspirations, nous connecte à nos vraies ressources intérieures. Encore faut-il oser lui faire confiance. Par essence, l’intuition est toujours juste. Lorsque l’on se trompe, c’est parce que l’on n’est pas en présence d’une intuition, mais plutôt de l’expression d’un désir, de l’imagination, d’une volonté, d’une peur ». Vanessa Mielczareck pointe trois principaux obstacles: le manque de confiance en soi, l’hyperrationalisme et la négativité. Une fois ces freins repérés et levés, on peut alors accueillir ses intuitions et choisir, en toute sérénité, de leur faire confiance.

Comment développer l’intuition.

D’abord et avant tout, il faut y croire. Si la personne est réticente, le côté logique prendra vite le dessus et les tentatives deviendront infructueuses.

Donc, armez-vous de patience. Allez-y avec de petits pas, de petits tests. Plus on pratique l’intuition, plus on s’améliore et on la reconnaît.

D’ailleurs, il m’est arrivé à plusieurs reprises de valider mes intuitions devant de purs inconnus. J’ai déjà décrit, en détail, les sérieux problèmes financiers d’une jeune fille de 25 ans que je ne connaissais pas. Et j’ai même décrit en détail quelques scènes du passé, d’une dame qui avait été abusée par un membre de sa famille lorsqu’elle était toute petite.

Mes anecdotes dans ce sens abondent et avec le temps, j’ai appris que toute vérité n’est pas bonne à dire. Il faut être extrêmement prudent et respectueux devant toutes ces informations « gratuites ».

Aujourd’hui, mon intuition est une alliée et plus que jamais, j’aspire à lui faire confiance, car elle connaît bien le chemin qui mène vers la réalisation de celle que j’ai toujours su être.

Kathy Tropiano | L’intuition, notre sixième sens

Commentaires

Aucun commentaire

Écrire un commentaire