S’affirmer pour se libérer en 7 étapes, partie 2

Savoir s’affirmer s’apprend un pas à la fois et comporte des implications beaucoup plus profondes que nous ne pourrions le croire.  Dans la partie 1 (qui est disponible dans le mois de décembre de ce blogue) de cet article, nous avons parlé des 3 premières étapes qui sont : 1) Identifier ce qui vous empêche de vous affirmer 2) Dresser une carte de votre territoire 3) Savoir recevoir l’affirmation de l’autre.  Voici la suite des étapes.

4)  Quelle est ton intention?

On s’affirme pour soi avant tout.  Nous avons souvent un sens flou et confus de nos limites.  Étant enfant, nos limites sont souvent transgressées et nous n’apprenons pas à nous affirmer avec confiance et soutient.  S’affirmer amène une responsabilité personnelle, une prise en charge de son bien-être et de sa vie.  On peut autant affirmer qu’on veut quelque chose que l’on ne veut pas quelque chose.  Affirmer c’est créer sa vie en quelque sort. Ce n’est pas se défendre contre quelque chose, c’est d’incarner sa propre puissance d’adulte dans sa vie peu importe le regard des autres.

T’affirmes-tu pour les autres ou pour toi?  Oser t’exprimer est tout d’abord un acte d’amour propre et de respect personnel.  Il se pourrait que les choses ne changent pas, qu’on ne te comprenne pas, que cela n’apporte aucun résultat ou même que cela empire les choses.  Mais quelles sont les conséquences de ne pas t’affirmer à long terme au juste?

T’affirmes-tu pour te plaindre ou pour faire avancer les choses en prenant ta responsabilité?  Se plaindre veut dire que nous nous positionnons en victime face à quelqu’un ou une situation.  Nous le faisons toutes et tous et c’est humain.  Toutes fois, une affirmation est tout autre.  Une affirmation c’est exprimer clairement notre couleur et risquer parfois des impacts que nous redoutons même si parfois les impacts nous amènent une vie encore plus épanouie et alignée avec qui nous sommes véritablement.  S’affirmer et être alignée dans l’intention c’est en quelque sorte trier pour soi-même avant tout mais aussi pour la vie de ce que tu désires manifester.

Maintenant je me demande la raison de mon affirmation.  La plupart tu temps c’est pour respecter l’être que je suis mais aussi par respect pour la relation si c’est le cas.  Dans ces moments, m’affirmer vise à conserver la relation et l’améliorer.  Elle cherche à libérer l’air et éviter les accumulations qui pourraient endommager la relation à long terme.   Quand je mets cette intention au clair avec l’autre c’est souvent beaucoup mieux reçu.  Je ne veux pas rejeter l’autre je veux juste me préserver et préserver le lien si cela est possible.   Si cela ne l’est pas, ce sera à moi de prendre la responsabilité de ce que je veux faire avec ça.

5)  Es-tu atteinte de la « plairite ? »

Tu sais la maladie de vouloir plaire à tout le monde?  Nous en sommes toutes atteintes plus ou moins gravement.  Le vouloir plaire est un réel obstacle.

Affirmer une préférence, un désaccord, un malaise face à quelque chose ou une limite est très constructif même si cela peu brasser les autres.  C’est une marque de leadership personnel.  Les personnes qui font avancer ce monde ont toutes affirmer des choses qui dérangeaient en premier lieu, mais qui ont fini par trouver tout leur sens dans l’esprit des gens.

C’est une chose de vouloir rester en bon terme et faire une gestion saine de tes relations et une autre de nier tes besoins et limites pour ne pas déranger les autres ou éviter continuellement la désapprobation et le conflit.  S’affirmer commence par faire en quelques sortes un deuil de se faire aimer à tout prix par tout le monde.  Et commencer à se faire aimer par des gens qui nous connaissent véritablement pour qui on est et qui nous accueille telle quelle même si ça dérange parfois.

As-tu appris étant jeune qu’une bonne petite fille-petit garçon devait être gentil et obéissante-t?  T’a-t-on appris que t’affirmer t’attirait des difficultés et du jugement? As-tu téléchargé l’idée que pour te faire aimer tu devais plaire?  Si oui, il se pourrait que s’affirmer pour toi ne vient pas facilement.  Et ce serait normal.

6)  Doux, doux les émotions

Une émotion difficile est souvent à la base d’un besoin de s’affirmer.  Un inconfort se fait sentir, on sent que les limites sont dépassées, parfois on a accumulé des situations et des rancunes sans même s’en être rendu compte.  À un moment donné le vase déborde, la colère ou la frustration monte et on veut que les choses changent.  D’autre fois, la peur nous fait passer par des moyens détournés pour arriver à nos fins, fuir ou se faire respecter. À tous les jours, nous vivons des émotions et nous composons avec des paramètres que nous ne contrôlons pas, des relations, des situations qui vont éveiller les émotions en nous. N’oublie pas, s’affirmer n’est pas agresser.

Savoir réduire la charge émotionnelle quand on s’affirme est un art, car souvent nos mécanismes de défenses sont enclenchés et nous amènent dans notre réactivité plutôt que dans notre maturité.  Une grosse partie d’élever des enfants et les amener à pouvoir s’affirmer et communiquer de façon claire et respectueuse.  Si la colère entame tes relations avec des moments explosifs ou des silences lourds.  Si tu as peur de faire fuir ou « manipuler » les autres pour avoir ce dont tu as besoin c’est que tes émotions prennent parfois le dessus et qu’il te manque d’outil pour gérer la situation.   Est-ce un mécanisme de défense qui cherche à s’affirmer ou bien est-ce vraiment une limite?

Avant de t’affirmer, prends le temps de déposer les choses en toi, pour faire la part des choses et que tu puisses véritablement dire ce que tu souhaites dans le calme.  En réduisant la charge émotionnelle, cela te permet de faire la différence entre être affirmative et être agressive/évasive.

7) Parler à l’écoute de l’autre

Une affirmation personnelle peut se faire de multiples façons face à l’autre mais par manque d’outils nous tombons souvent dans des pièges relationnels qui font que nous perdons le désir de réellement s’affirmer.  On peut s’affirmer autant que l’on veut, mais si l’autre n’est pas à l’écoute étant donné notre réactivité et notre attitude cela peut devenir encore plus frustrant et décourageant.  J’ai trouvé avec la maturité et l’expérience (bien que j’aie encore du chemin à faire!) qu’en désamorçant mes émotions, c’était plus facile de me faire entendre même si ce que je dis peut être difficile à entendre pour l’autre.

Parler à l’écoute de l’autre fait partie des stratégies relationnelles bienveillante que l’on peut adopter pour soi et pour l’autre.  Quand on se sent entendu et que l’autre sent qu’il-elle a été considéré dans l’échange peut faire toute la différence.  Être d’accord de ne pas être d’accord fait aussi partie de s’affirmer.  Ce n’est pas parce que j’affirme quelque chose que l’autre va automatiquement emboîter le pas.

Sans se justifier, exposer notre contexte et communiquer d’où nous partons à l’autre peut faire une grosse différence.  S’affirmer n’est pas porter des jugements de valeurs, c’est tout simplement verbaliser une position personnelle et la respecter pour soi-même.  C’est se positionner avant tout.

Et parfois on peut parler à l’écoute de l’autre et ce ne sera pas reçu pour autant.  On ne peut contrôler les autres et leurs réactions. Nous sommes déclenchés par eux et nous les déclenchons tout autant.

SE FAIRE CONFIANCE

S’affirmer c’est un acte de confiance en soi.  La confiance en soi ne vient pas d’elle-même.  Elle se développe en faisant des actes de courage et qui nous sortent de notre zone de confort.  Plus on s’affirme, plus on sait comment faire, plus on est qui on est et plus on se fait confiance.    Affirmer est étroitement lié à la loi de l’attraction et clarifier notre vibration.


Un travail en EFT (présentiel ou Zoom) ou en constellation familiale (en groupe, en individuel ou par Zoom) avec une praticienne certifiée pourrait grandement t’aider à retrouver plus d’aisance et de force dans ton affirmation.  Si tu es curieuse du chemin que nous pourrions faire ensemble, je t’invite à venir chercher plus d’information au maikaroy.com


Fiche professionnelle, Maïka Roy

Publicité Publicité Publicité
Publicité
Maïka Roy | S’affirmer pour se libérer en 7 étapes, partie 2

Commentaires

Aucun commentaire

Écrire un commentaire

Publicité

Abonnez-vous à l'infolettre du RIME