Trop c’est trop, même si c’est bon!

Une phrase que j’ai lue il y a un bout de temps, qui me saute souvent aux yeux et qui résonne très fort en moi :

  ‘’Vaux mieux avoir peu et savourer pleinement que d’être saturé et passer à côté du merveilleux.’’

Mais qu’est-ce que ça veut dire au juste? Comment interpréter cet énoncé? Comment peut-on en venir à être saturé de WOW… Sincèrement, c’est en vivant l’expérience du TROP et ce, même si l’expérience est positive et merveilleuse en soi, que l’on comprend mieux le sens profond de cette phrase.

C’est un fait indéniable, lorsque l’on est repus de quelque chose, on apprécie moins. Et cela peut nous arriver dans tous les domaines et facettes de la vie. Les adages n’existent pas pour rien et expriment souvent une magnifique réalité. Vous en connaissez évidemment quelques-unes du genre; La modération a bien meilleur goût, Trop c’est comme pas assez. Cette réalité a une explication; un phénomène purement physique se produit même si vous avez une attitude de gratitude et de présence à ce qui se passe. Vous n’y échapperez pas si vous êtes dans la démesure.

Pour apprendre du nouveau contenu ou tout simplement pour mieux apprécier un évènement, il est encouragé de solliciter nos sens le plus souvent possible et le plus de sens possible à la fois, de cette façon nos cellules enregistrent beaucoup d’informations et auront tendance à assimiler rapidement. Par contre, il faut surveiller cette surexcitation des sens, elle ne doit pas durer trop longtemps, parce que l’effet contraire se produira.

Les sens surchargés sur une longue période ne sont plus aussi efficaces puisque la job du cerveau est de gérer toutes les informations qui entrent. Une trop grande quantité d’informations entrantes fera réagir le corps et se manifestera par des symptômes comme par exemple, une migraine pourrait s’enclencher ou encore une fatigue extrême s’installera.

C’est comme l’effet wow d’une première découverte, lorsque la situation est répétée à mainte reprises, il n’y a plus de wow. L’impact original se dilue. Les cellules du corps à travers nos sens reconnaissent l’effet donc cela n’est plus une découverte mais un sentiment de déjà-vu.  D’où l’importance d’y aller à petite dose pour conserver la beauté, la richesse qui fait vibrer les fibres de notre corps. Alors, respirons, prenons une pause, attendons à demain. Tout cela en continuant d’être dans le moment présent, en étant en gratitude de ce que nous vivons ou possédons, afin de préserver cette sensation de savourer pleinement la vie.

 

Sylvie Asselin | Trop c’est trop, même si c’est bon!

Commentaires

Aucun commentaire

Écrire un commentaire