Dans la tête de l’auteur

« Stressée mais pas cinglée… » est le titre du livre électronique que je vous présente ici, sur ce même site.  Mais qu’en est-il de l’idée de faire un livre avec un titre pareil?  Et que se passe-t-il une fois que ledit livre est mis en ligne?

Le stress!  Voilà ce qui se passe (rires)!  Écrire est un besoin viscéral pour moi au même titre que respirer ou manger.  C’est un bon moyen en passant pour faire passer l’anxiété…  Et c’est une belle façon de partager son vécu pour contribuer aux vécus des autres aussi!

Parce que, à quoi bon écrire si ce n’est que pour soi.  Chaque fois que j’attaque mon clavier en tapant sur ces touches très usées, je le fais dans un seul dessein, celui d’aider pour ne pas avoir vécu ou pour ne pas vivre au quotidien tout ce qui me fait souffrir sans que cela ne serve à rien.

Ma mère m’a toujours dit que dans chaque épreuve se trouvait du positif, même si on ne le voyait pas immédiatement.  J’ai longtemps cru que c’était là une bien belle phrase, sans plus.  Car, je n’arrivais pas à transmuter ce que je vivais de négatif en positif.

Mais un jour, j’ai compris!  Et depuis ce temps, chaque épreuve m’est beaucoup plus facile à vivre puisque je sais qu’elle me servira ou servira à d’autres.  Je sais pertinemment que les apprentissages que je fais dans ma vie ne sont pas fait en vain.

Oh, je ne suis pas une spécialiste de rien sauf de ma propre vie et je me dis que les gens trouveront peut-être, eux aussi, un sens à la leur en me lisant.  Mes partages sont faits sans pudeur, du moins, la plupart du temps.

Mais se mettre à nu ainsi demande une bonne dose d’humilité.  Je ne sais si c’est parce que j’avance en âge, mais j’ai de moins en moins de mal à faire voir chaque aspect de moi-même.  Ainsi, je parle souvent de mon anxiété, de mes faux bonds dans ma relation avec mes enfants et du diagnostic d’autiste Asperger que je viens de recevoir tout récemment.

Dans le fond, si on tasse tous les préjugés qu’on peut avoir sur mon état, sur ma personne et sur ma vie, je suis une fille, tout ce qu’il y a de normale, s’assumant la plupart du temps (rires) et partageant, par le biais du Web, ses expériences et les solutions trouvées à ses problèmes.

Bien sûr, après avoir signé un billet de blogue ou un manuscrit, la fameuse anxiété s’empare de moi. Serai-je lue?

Je m’adresse toujours à mes lecteurs en les vouvoyant.  Je trouve cela important.  Aujourd’hui toutefois, je te tutoierai.  Oui, toi, qui vis sans cesse les mêmes problématiques et qui cherches sans jamais trouver une solution nouvelle pour enfin t’en libérer.

Je t’invite à me lire ici et ailleurs.  Je t’invite à prendre une pause bien méritée.  J’ai pris le temps de t’écrire, peut-être es-tu prêt à me lire?  Je nous le souhaite grandement puisque plus tu me liras, plus je t’écrirai.  Notre relation est ainsi.

Et moi, j’ai encore bien des choses à dire, à épeler sur mon clavier usé.  Je suis des plus inspirées et plus je nous observe toi et moi, plus je le suis.  Alors, si tu le veux bien, notre relation existe pour durer.

Cliquez sur ce lien pour vous procurer mon e-book Stressée mais pas cinglée 

Josée Durocher | Dans la tête de l’auteur

Commentaires

Aucun commentaire

Écrire un commentaire